“De la part de la princesse morte” de Kenize Mourad

image

“Il serait impardonnable de passer à côté d’une authentique merveille…” disait Claude Servan-Schneider. “De la part de la princesse morte” est l’histoire de la princesse Selma,  la mère de l’auteur. La princesse Selma est dans un palais d’Istanbul.  Cette histoire a des allures de conte.  Tout commence en 1918 à la cour du dernier sultan de l’Empire ottoman.  Selma a sept ans quand elle voit s’écrouler cet empire.  Condamnée à l’exil,  la famille impériale s’installe au Liban.  Selma,  qui a perdu à la fois son pays et son père,  y sera “la princesse aux bas reprisés”.
C’est à Beyrouth qu’elle grandira et rencontrera son premier amour,  un jeune chef druze ; amour tôt brisé.  Selma acceptera alors d’épouser un raja indien qu’elle n’a jamais vu.  Aux Indes,  elle vivra les fastes des maharajas,  les derniers jours de l’Empire britannique et la lutte pour l’indépendance.  Mais là,  comme au Liban, elle reste “l’etrangere” et elle finira par s’enfuir à Paris où elle trouvera enfin le véritable amour. La guerre l’en séparera et elle mourra dans la misère,  à vingt-neuf ans,  après avoir donné naissance à une fille: l’auteur de ce récit. 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s