Casablanca, la ville du bluff

image

Cette ville blanche m’a beaucoup appris. J’ai découvert les dessous de la richesse marocaine. J’ai découvert l’hypocrisie, le tberguig à volonté, la cupidité et l’arrivisme. Que l’argent coule à flots et que vos possessions matérielles deviennent de plus en plus importantes pour flatter votre ego.
Les casablancais sont assoiffés par l’argent. Vous allez me dire mais c’est normal. Il faut bien se nourrir, s”habiller, partir en voyage, payer les traites et le crédit. Et ben, je vous dis non. Pas de cette manière. On ne court pas derrière l’argent de cette manière. Les marocains ont besoin de modèles, de sources d’inspiration. Je recommande de mettre en place des formations de communication non violente*, d’Anger Management, stress au sein des entreprises. Pouvoir aux girafes!

Casablanca est aussi la ville de tous les vices. Les femmes ressemblent toutes à la femme de Shrek avec le dialect marocain en plus. Rien n’arrête personne. Tout se fait en toute discrétion alors qu’au pouvoir il y a un gouvernement à tendance islamiste. Un premier ministre qui tient un tsabih durant les réunions officielles. Il est temps de choisir l’avenir de ton Pays Mohammed VI car tout émane de toi. C’est ce qui fait de toi la seule célébrité au Maroc.

Casablanca, Casanegra. La ville où être normal est un défaut et où être de bonne foi est la pire des choses.  La normale est d’oublier sa santé, de placer son sourire dans un placard et de se plaindre à longueur de journée des comportements intolérables de son boss. Les casablancais sont-ils des profiteurs? Je pense que oui mais en même temps ils n’ont pas trop le choix car s’ils ne le sont pas ils se feront écrasés par les plus hauts placés.
C’est vrai que tout le monde a des problèmes à Casablanca. Des problèmes de différentes natures.  Mais un psychiatre aurait de quoi travailler pour un bon bout de temps.  Vous savez pourquoi car les casablancais sont des sharks aux dents longues qui courent à grande allure derrière la célébrité et l’argent.  Un seul objectif: apparaître au top.  Les casablancais se battent contre eux mêmes par peur de ne plus plaire,  pas peur de ne plus être assez sexy pour remplir leurs poches.  Allez courez, courez encore mais jusqu’à quand ? Et à tous ceux qui me diront “ferme ta gueule”, je leur offrirai un sourire et une rose puis je partirai.

*”C’est un langage élaboré par Marshall B. Rosenberg. Selon son auteur, ce sont « le langage et les interactions qui renforcent notre aptitude à donner avec bienveillance et à inspirer aux autres le désir d’en faire autant »2. L’empathie est au cœur de ce processus de communication initié dans les années 1970, point commun avec l’approche centrée sur la personne du psychologue Carl Rogers dont Marshall B. Rosenberg fut un des élèves. Le terme non-violent est une référence au mouvement de Gandhi3 et signifie ici le fait de communiquer avec l’autre sans lui nuire (voir ahimsa). Marshall Rosenberg s’appuie également sur les travaux de l’économiste chilien Manfred Max-Neef, qui a analysé les besoins humains“. (Wikipedia) 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s