Quand LeFloid donne la parole à Angela Merkel

LeFloid, de son vrai nom Florian Mundt, est le quatrième plus gros youtubeur d’Allemagne, avec 2,6 millions d’abonnés. Il est notamment très suivi par les moins de 25 ans. Et il est connu pour ses analyses franches et excitées de l’actualité.

Le porte-parole du gouvernement Steffen Seibert a justifié le choix de cette invitation en déclarant que LeFloid est « parmi les youtubeurs non seulement un de ceux qui ont la plus grande portée, mais aussi un de ceux qui traitent très sérieusement et de manière constante les questions politiques ».

Merkel aime faire la grasse matinée

La vidéo débute dans la chambre du jeune homme. Il annonce le programme du jour :

« Vendredi dernier, j’ai rencontré Madame la Chancelière Angela Merkel et j’ai pu lui poser quelques questions sur ce qu’elle pense du mariage pour tous, des lanceurs d’alertes, d’un baccalauréat national [en Allemagne, les épreuves du bac diffèrent d’un Land à l’autre, ndlr], des réseaux sociaux, sur le traité TTIP [le traité de libre-échange transatlantique, ndlr], et c’est tout. Bienvenue à tous. »

Nous voilà transportés au cœur de la Chancellerie, à Berlin.

Après visionnage, on peut estimer que la rencontre n’apprend pas grand chose sur la politique d’Angela Merkel.

Elle a surtout de l’intérêt pour les fans de LeFloid. Ceux-là même qui se tiennent à l’écart des médias traditionnels et qui verront en Florian Mundt un intervieweur hors-pair – surtout s’il a eu le bon goût de relayer leurs questions, posées via le hashtag #NetzFragtMerkel (« Le net demande à Merkel »).

Angela Merkel a campé sur ses positions :

  • elle est contre le mariage pour tous, pour elle le mariage est l’union d’un homme et d’une femme uniquement ;
  • elle est contre les discriminations le racisme, que l’anonymat sur internet a malheureusement libéré ;
  • elle est contre la légalisation du cannabis sauf pour quelques rares usage médicinaux ;
  • elle trouve que l’espionnage entre alliés c’est mal (même si l’on sait qu’il n’y pas que les Américains qui le pratiquent) ;
  • elle assure que le TTIP ne nuira pas à l’Europe et les normes européennes ne seront pas revues à la baisse, elle le promet ;
  • et n’a aucun avis sur l’action ou l’accueil de lanceurs d’alertes.

Rien sur sa vie privée – elle se fiche d’ailleurs de ne pas avoir l’air aussi cool qu’Obama qui s’affiche sur les réseaux sociaux – mise à part cette confidence audacieuse : elle aime faire la grasse matinée et se promener dans des parcs.

Il n’y avait aucune question sur la Grèce.

Mettre en difficulté la Chancelière ?

Si l’interview déçoit, c’est parce qu’on s’attendait à une rencontre du troisième type, avec d’un côté le jeune geek à casquette LeFloid dont on connaît les mimiques hystériques, et de l’autre Angela Merkel, la Mutti [surnom de la Chancelière signifiant familièrement « mère », ndlr] old-school qui déclarait il y a deux ans encore qu’« Internet est un nouveau territoire, un territoire inexploré pour nous tous ».

Au lieu de ça, l’internaute a eu droit à une interview sans aucune difficulté pour la chancelière. Florian Mundt s’est même fait moucher par la chancelière qui lui a demandé s’il connaissait lui-même des lanceurs d’alerte russes, après qu’il les ait évoqués.

Vraisemblablement intimidé, au lieu d’assumer ses positions tranchées en faveur du mariage pour tous ou contre le traité de libre échange transatlantique, il s’est contenté de finir les phrases de la chancelière par d’affirmatifs « tout à fait », « absolument » ou « c’est ça ».

Angela, son compte Instagram et le hangout

Toutefois, on peut estimer que la vidéo de LeFloid est un succès pour ses deux intervenants : LeFloid fait du clic, Merkel de la promo. Quelques heures après avoir été postée, elle a été reprise par les médias allemands dans leur ensemble et devrait être commentée tout au long de la journée, ce mardi, sur les réseaux sociaux.

Rien à voir avec l’impact du propre podcast d’Angela Merkel sur YouTube. Chaque semaine, elle se met en scène dans « Die Kanzlerin direkt » (« la Chancelière directement » en français) pour détailler sa vision politique. Mais ses vidéos dépassent rarement les 3000 vues et sa chaîne compte moins de 13 000 abonnés.

Depuis cette année, la chancelière possède un compte Facebook et un compte Instagram ; elle a « même fait un Hangout sur Google » ; elle poursuit ainsi sa découverte du web. Mais elle n’a pas l’intention de s’afficher tellement plus sur les réseaux sociaux. Elle n’en voit pas d’ailleurs pas l’utilité, puisque comme elle l’explique à LeFloid, « même les plus jeunes que vous arrivent à me reconnaître dans la rue ».

Source: http://rue89.nouvelobs.com/2015/07/14/pendant-temps-merkel-fait-interviewer-youtuber-260272

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s